Par: Jean-François Brouillette, directeur technologique chez B-367.

Les Américains sont passés par beaucoup d’émotions hier soir, c’était prévisible. Qui aurait cependant pensé que le site Web d’Immigration Canada recevrait un nombre si important de visites?

Ce qui devait arriver, arriva.

Bien que personne ne peut prédire les résultats d’une élection, beaucoup d’Américains avaient fait mention qu’ils iraient vivre au Canada dépendamment de l’issue de la soirée. Que ce soit en blague ou non, clairement on aurait du se préparer chez Immigration Canada et surveiller étroitement le trafic et la charge de leurs systèmes.

Hier le site web d’Immigration Canada a subi une surcharge de trafic ce qui l’a rendu inaccessible par intermittence tout au long de la soirée.

erreur-site-immigration-canada-capture

internet-congestionDes solutions pour éviter cela ?

D’un point de vue technique, il n’y a pas des dizaines de solutions pour isoler ce problème technique. Il faut s’assurer d’avoir un environnement flexible et une infrastructure réseau qui peut supporter la charge.

On peut voir ça comme une autoroute, imaginez une autoroute de 5 voies qui en devient une de seulement 2 voies, il y aura congestion et certaines personnes devront prendre leur mal en patience avant d’atteindre la destination voulue.

Lorsque nous devons assurer à un client que son site Web restera disponible même sous une grosse charge, on pense tout de suite à Microsoft Azure.

Microsoft se fait un devoir de fournir via leurs centres de données un environnement flexible et de la bande passante de qualité. En terme d’architecture, il faut penser à un premier système qui va gérer la charge, un « load balancer », son seul travail est de prendre une requête et de l’envoyer au serveur le moins occupé. Dans le meilleur des mondes, il faut aussi prévoir un pare-feu applicatif qui permettra de trier les requêtes malicieuses et bloquer les requêtes qui ne sont pas standards pour que les serveurs en arrière puissent se concentrer sur leur tâche qui est de fournir rapidement l’information au visiteur.

Un site Web qui prend plus de 3 secondes à charger perd généralement le visiteur. C’est pourquoi lorsque vous avez un site Web pour vos ventes en ligne ou qui offre des services, il est important de se poser la question, qu’arrive-t-il le jour ou mon site aura plus de trafic qu’à l’habitude?

Les hébergeurs doivent être en mesure de vous donner la bande passante qui est disponible pour vos services. Normalement dans les services partagés on voit souvent des limites de 5 Mbps à 10 Mbps, tandis que dans certains cas avec vos propres serveurs et équipements vous pouvez aller vous chercher des 50 Mbps à 100 Mbps. Ce ne sont que des exemples, mais pour bien comprendre, si on reprend le parralèle de l’autoroute, vous avez 10 utilisateurs qui consomment 1 Mbps chacun, votre autoroute a seulement 5 voies pour un total de 5 Mbps. Les derniers utilisateurs devront attendre que les autres soient passés pour y aller à leur tour et ceci va définitivement créer de la frustration et vous faire perdre des revenus.

C’est toujours une question de calcul, de préparation et d’environnement. Quand je parlais de Microsoft Azure plus haut, ce n’est pas pour rien que Radio-Canada (Toronto), Accu Weather, Rackspace et bien d’autres l’utilisent. Avec ses 38 centres de données, il est facile d’assurer la haute disponibilité des applications Web et mobiles, et ce partout dans le monde.

Pour vos besoins en hébergement des données sur Internet et services informatiques, n’hésitez pas à nous contacter.

Jean-François Brouillette, directeur technologique chez B-367.

 

Inscrivez-vous à notre infolettre

Abonnez-vous